Le Ségur ou la déliquescence du système de santé accélérée.


Le Collectif InterUrgences passe dans la phase 2 de son existence.

Pendant 18 mois, nous avons alerté sur les conditions de prise en charge de nos patients, sur les maltraitances institutionnelles, sur le manque de moyens matériels et humains, sur nos conditions de travail. Le soutien de la population ne s’est jamais démentie, et de nombreux Collectifs ont vu le jour dans cet objectif. Mais le système politique actuel continue d’ignorer ces questions centrales. La santé reste au cœur des préoccupations de chacun d’entre nous.

Le Ségur a montré que nous avions raison de nous battre en ouvrant le débat, même si nous n’avons pas été convié à celui – ci. Cependant, ne nous trompons pas, le Ségur n’est en aucun cas une victoire. Le cœur de notre combat est la qualité de prise en charge de tous les patients. Et là c’est le néant: encore et toujours des fermetures de lits, pas de ratio personnel/charge de soins, toujours des postes non pourvus

Le nouveau Conseil d’Administration (CA), élu le 10 Septembre dernier lors de la 3e Assemblée Générale a voté que le CIU s’ouvre à tous les acteurs de soins: des usagers aux personnels soignants.
Dans cette perspective, nous ouvrons les groupes et commissions de travail à tous ceux qui souhaitent s’investir dans une réflexion active pour l’accès et la qualité des soins pour tous.

Le Collectif InterUrgences continuera d’alerter, de se battre pour la qualité d’accueil des patients et de dénoncer nos conditions de travail.