LES URGENCES SATURENT, L’HÔPITAL CRAQUE

Les jours, les mois, les années passent et la situation ne fait qu’empirer. L’hôpital public s’effondre, les mesures palliatives du Gouvernement le condamnent à creuser sa tombe.

Les fermetures de lits et de services s’enchainent à travers le territoire aggravant toujours plus le déficit de lits d’hospitalisation pour les services d’urgences. Alors que les signaux d’alarme se multiplient, la situation devient de plus en plus incontrôlable et dangereuse pour les patients. Pourtant, le gouvernement maintient son cap avec “Ma santé 2022”. Leur unique solution aux maux de l’hôpital ? Un Ségur, synonyme de casse du service public et comme solde de tout compte aux revendications des soignants.

Loin de ces effets d’annonces, nous constatons des déclenchements de Plan Blanc dans des dizaines d’hôpitaux sur le territoire (Colmar, Mulhouse, Laval, Saint-Malo – Dinan – Cancale, Saint-Nazaire, Rennes, Strasbourg, Le Mans, Ploërmel, Alençon…). Nonobstant, cela ne garantit pas d’assurer la continuité des soins comme on aimerait nous le faire entendre. L’accès aux soins va encore être entravé pour une partie de la population en attente de soins programmés.

Les soignants qui portent encore à bout de bras la notion de service public sont épuisés. Ils se voient de nouveau privés de leurs droits par “nécessité de continuité des soins”. Mais c’est factuel, les départs et les arrêts maladie des professionnels sont les conséquences du non-respect de la qualité des soins et des conditions de vie au travail.

Depuis bientôt 3 ans, le Collectif Inter-Urgences dénonce et revendique un changement dans la politique de santé. La suppression de lits sur l’autel du tout ambulatoire, synonyme d’économies avant tout, est une hérésie. Cette situation est insupportable tant pour les soignants que pour les soignés. La preuve est faite, ces politiques mènent sciemment à la disparition du système de santé.

Désormais, l’horizon des luttes, c’est la prise en main de la gestion de l’hôpital public par les soignants, experts dans la santé.

Samedi 4 décembre, suite à l’appel du Collectif de Mayenne, tous unis, soignants, usagers, associations, collectifs et organisations syndicales, nous serons mobilisés et présents sur le pavé. L’hôpital public est un bien commun qu’il nous appartient à tous de défendre.

Si le Ministère de la Santé se révèle incapable de répondre à nos revendications, nous irons trouver des réponses à l’Élysée.

Le Collectif Inter-Urgences

Les Urgences saturent, l’Hôpital craque

379.22 KB 11 Téléchargements

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Débat : Serait-il éthique de prioriser en réanimation les malades Covid-19 vaccinés ? | Groupe Gaulliste Sceaux - […] un communiqué du 4 décembre, le Collectif Inter Urgences analyse l’état d’un sinistre consécutif à une saturation de […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This