CP 10 mars 2101 : Héros meurtriers ?

Héros meurtriers

Les héros d’hier sont accusés d’être les vecteurs d’aujourd’hui. Pourtant, ce sont bien eux qui depuis le début de la pandémie travaillent sans relâche auprès des patients jusqu’à en pâtir eux- mêmes.

Nous avons tous à un moment ou un autre été considérés comme responsables : les Français qui ne respecteraient pas suffisamment les gestes barrières ou qui seraient dubitatifs face aux vaccins ; maintenant, ce sont les soignants qui sont pointés du doigt et qui portent le bonnet d’âne.

L’exécutif a la mémoire courte. En octobre dernier, les soignants positifs à la Covid-19 et asymptomatiques ont dû aller travailler pour assurer les soins. Toujours et encore par manque de personnel.

Les contraintes de la vaccination sont réelles pour les soignants. Tout d’abord, beaucoup ont contracté la Covid-19 (chacun se souvient du manque de matériel de protection…). Or après une contamination, un délai de trois à six mois doit être respecté avant la vaccination. Ensuite, les effets secondaires de ce vaccin ont été minimisés. Ils engendrent des dysfonctionnements dans nos services. Les équipes déjà en sous-effectif se sont retrouvées encore plus en difficulté face aux arrêts. L’équilibre est fragile. La planification des vaccinations devient donc inévitable. Par conséquent, les délais sont étirés afin de permettre aux services de fonctionner. Nous devons attendre, patienter et venir grossir les listes d’attente.

Dans ces circonstances, la menace de l’obligation devient insupportable. D’autant plus qu’actuellement, 30 à 40 % des soignants sont vaccinés et ces chiffres continuent de croître. Comparé au pourcentage de vaccinés dans la population générale (2,5 %), c’est loin d’être insignifiant.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le Gouvernement a essuyé de vives critiques sur sa gestion des stocks de masques, des tests de dépistage, des vaccins. Nous pouvons entendre que chacun a une part de responsabilité dans la gestion de la pandémie, mais le Gouvernement doit assumer sa part, au lieu de culpabiliser tantôt les français, tantôt les soignants pour camoufler son incompétence.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This