« Le jeu d échec »

Aujourd’hui réquisitionnée pour la deuxième vague covid 19 , moi jeune étudiante infirmière anesthésiste j’ attends mon affectation.
Le verdict tombe ce seront les urgences, « il manque trop de personnel sur les plannings »
Je laisse carte blanche sur mon planning, jour, nuit, après-midi, matin …
Ma seule demande est de pouvoir passer noël avec mon grand-père qui sort de réanimation.
On me l’accorde puis revirement de situation : on me convoque au bout de 2 semaines pour m’informer que finalement je vais devoir travailler à Noël.
On me fait tourner sur le services d’unité d’hospitalisation de courte durée, sur le secteur où on prend en soins des patients souffrants de troubles psychiatriques.
Des secteurs où mes compétences en anesthésie et réanimation sont vraiment nécessaires …

On me convoque,
on me fait culpabiliser,
on me dit que je ne pense pas au bien du patient et qu’après tout « quand on vient renforcer on ne râle pas et on fait ce que l’on nous dit » .
Je dis stop,
Stop à cette culpabilisation,
Stop à cette exploitation,
Stop je suis épuisée physiquement et surtout mentalement.

Vous avez voulu jouer à une partie d’échecs en pensant que j’étais un pion, sans avoir imaginé un seul instant que je puisse être la dame.