Une chronique de Baptiste Beaulieu sur France Inter dont nous nous permettons de citer quelques passages ci dessous.

Alors voila…c’est tellement tristement vrai…

L’héroïsation du personnel soignant a été un narratif commode pour dépolitiser nos revendications bien antérieures à la crise et nous enfermer dans une posture intenable 

On pourrait rire du ridicule de la récompense, si ça ne cachait pas une réalité bien plus sordide : depuis le début de cette crise, ce n’est pas une pluie de médailles qui est tombée sur les soignants, mais des représailles en pagaille sur la tête de celles et ceux qui osaient contester publiquement la gestion gouvernementale de cette crise :

  • Deux aides soignantes parisiennes sont licenciées pour avoir alerté la presse sur le manque de moyens ; 
  • En Bretagne un aide-soignant est muté pour avoir publié une lettre dans la presse quotidienne régionale ; 
  • Dans le sud, un soignant hospitalisé à cause du Covid et qui s’est plaint sur facebook d’avoir manqué de masques est convoqué par sa direction ; 
  • À Toulouse, dans ma ville, deux infirmières ont été mises à pied parce qu’elles réclamaient des masques.

Le message est clair : soyez un héros, prenez la médaille et taisez-vous, taisez le manque de moyens, taisez le manque de personnels, taisez votre épuisement, taisez vos découragements, taisez vos idées noires, taisez vos confrères morts taisez vos consœurs mortes, taisez-vous, taisez-vous, prenez la médaille, mais taisez-vous.