Dans de nombreux centres hospitaliers aux 4 coins de France, l’après-Covid s’annonce comme un retour à la normale du moins en terme d’activité.

Aucun centre hospitalier n’échappera à la règle. En effet, l’hôpital ” D’avant ” tant dénoncé par le personnel hospitalier fait déjà son grand retour.

Les vacances estivales ne sont toujours pas validées malgré le fait que nous sommes début juin, une activité repartie à la hausse et la célèbre, mais non moins classique fermeture de lits estivale tant décriée sera là à compter de cet été, dans bon nombre d’établissements.

Il faudra une nouvelle fois que les services des urgences comblent le déficit que rencontreront l’hôpital et ses fermetures de lits.

De revoir ces patients passer des heures et des heures sur des brancards inconfortable en attendant qu’une place se libère, car l’hôpital affiche complet.

Notre habituel quotidien revient au galop.

Après une année d’opposition et de révolte hospitalière face à cette gestion calamiteuse et comptable des structures de soins.

Nous revoilà au point de départ, comme si les hauts fonctionnaires qui gouvernent ce pays n’avaient que faire de l’état d’épuisement de son personnel médical et paramédical, surtout n’a que faire de la santé des Français.

Quand est-ce que ces hauts décideurs prendront conscience que l’hôpital public est peut-être plus malade que ses propres patients.

Maintenant vous parlez de nous rendre hommage lors de la célébration du 14 juillet, de médaille d’épidémie ? Mais est ce que vous nous prenez vraiment pour des idiots ?

Vous avez passé plus de 13 mois à nous mépriser, nous ignorer quand nous étions sur le pavé à vous alerter de venir au secours de l’hôpital public qui s’effondrait sous nos yeux.

Et maintenant, vous osez parler de nous rendre hommage ? De nous célébrer en héros ?

Sachez que si vous avez un minimum d’empathie et de reconnaissance à notre égard, vous commencerez par nous entendre et apporter la solution à nos problèmes.

Et je ne parle de votre Ségur qui ressemble plus à une mascarade qu’à autre chose, un joli plan de communication qui n’aboutira à rien si ce n’est de vouloir faire calmer la colère.

Qu’est-ce que le gouvernement attend ? Que la tension soit à son maximum ? Que tout brûle ? Et que l’opinion publique se retourne contre les blouses blanches ?

Que la lutte continue….

Yann – Aide Soignant