temoignage – De la considération apportée aux soignantes en renfort

par | Mai 14, 2020 | Témoignages

Dans la série des témoignages que nous recevons, nous publions aujourd’hui celui d’une infirmière venue prêter main forte dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Malo, retour d’expérience sur « l’effort à la nation ». Dans ce texte transparaît la deliquescence des rapports, la frustration des acteurs, et une illustration de la mise en application sur le terrain des effets d’annonces gouvernementaux. On se délectera de la réaction des ressources humaines.

Bonjour, je suis Marina, je suis IDE depuis 17 ans. Etant intérimaire et « électron libre », j’ai proposé mon aide au CH de Saint Malo (dans lequel je n’avais jamais travaillé avant), au mois d’avril, sachant que j’avais de l’expérience en réanimation.

Aide qu’ils ont acceptée. Je n’ai rien négocié parce que ce n’est pas mon genre, je ne suis vraiment pas du genre à négocier mon salaire habituellement et je leur ai fait confiance. Je n’ai même pas négocié sur mes 17 ans d’expérience, je pensais naïvement qu’ils en reprendraient au moins un peu.

Mais là je vous écris parce que je ne pensais vraiment pas en arriver là et je trouve la situation inadmissible.

Entre le 28 Mars et le 18 Avril, j’ai effectué 10 jours de 12 heures, dont deux dimanches, au service de réanimation, auprès des patients Covid.

Sur la fiche de paie reçue début Mai, j’ai vu qu’il était écrit 96 heures, et j’avais un salaire de 1376,33€. J’ai donc appelé les RH la semaine dernière pour les informer qu’ils avaient oublié des heures. Ils m’ont dit qu’ils allaient me rappeler le lendemain.

Hier (une semaine plus tard), toujours sans nouvelles de leur part, je les rappelle. La personne que j’ai eu du bureau de la DRH (je ne connais pas son nom, et il y en a eu plusieurs) m’a dit que mon dossier avait effectivement été revu, et qu’ils allaient me rajouter, sur la paie du mois de Mai…. 3 heures supplémentaires. (Ce qui équivaut à environ 113€ je crois) ??? Comme je ne comprenais pas comment ils arrivaient à passer de 120 heures passées dans le service à 99 heures, elle m’a fait tout un calcul et m’a signifiée qu’à la fonction publique, on ne comptait pas en taux horaire, qu’on rapportait le tout au 30ème, etc etc, citations de décret à l’appui etc etc.

Je lui ai bien dit que pour moi ce qu’elle racontait était du chinois, et qu’au final, lorsque je faisais le compte et ramenais le tout au taux horaire, ça donnait le calcul suivant: 120 heures / 1376 + 113 = 12,4€ de l’heure en incluant deux dimanches.

La personne que j’avais en ligne m’a aussi dit qu’elle préférait retenir ma motivation à venir aider lors de la crise plutôt que mes appels pour réclamer de l’argent. Elle a parlé de « pierre à apporter à l’édifice ». Elle m’a dit que si je venais travailler dans la fonction publique ce n’était pas pour gagner de l’argent. Elle m’a aussi parlé de son salaire (qui est d’ailleurs plus élevé que le mien pour le coup, et je ne pense pas qu’elle travaille au quotidien auprès de patients Covid techniqués).

J’ai été volontaire chez Médecins sans Frontières pendant des années, je pense que la notion est ici différente.

Je suis révoltée par cette situation parce que, certes, je n’étais évidemment pas motivée par l’argent, encore une fois je sais ce que c’est que de travailler volontairement pour des broutilles. Mais là, cette fois-ci, je n’ai jamais été si peu payée, même au début de ma carrière, considérant en plus le contexte de dangerosité du travail.

Je tenais donc à vous en informer, sans avoir aucun espoir financier, mais juste pour que vous le sachiez.   A bientôt peut-être et bon courage.                            

4 Commentaires

  1. josette toscan

    suis de tout coeur AVEC vous en tant qu’anienne infirmiére , durant 40 ans !!! avec un métier qui m’a passionné et surtout , en 88 , nous nous étions battues pour les mêmes choses , et au contraire , fermeture des lits depuis x années , etc…
    refusez médailles et autres surtout : exiger des augmentations de salaires , et surtout SAUVER L’HOPITAL PUBLIC , car ça devient indipensable .
    Bon courage pour tous et toutes : peu importe les fonctions ! NE LACHEZ RIEN .

    Réponse
    • Collectif Inter Urgences

      Merci pour votre soutien Josette

  2. Eric

    Situation exactement similaire dans le grand est… haut rhin… donc jvais au casse pipe…
    intérimaire dévoué… je propose mes services dans l’hôpital de ma ville… 3 minutes à vélo…

    entretien avec directrice des soins , diplômé de 2008… me propose reprise échelon 2… 1600 euros environ avec 2 week end travaillés…

    J’ai dit merci madame… Au revoir…

    Je n’étais pas monté sur mon vélo que mon téléphone sonne et suite à un pseudo entretien avec le RH , on pourrait me reprendre à échelon 4…

    Je n’ai pas donné suite je retourne dans un ehpad bien plus reconaissant…

    Lâche au regard de la situation, des collègues qui auraient besoin de souffler … mais accepter serait de cautionner…
    pour les futurs IDE …

    Hôpital qui a pu compter sur des renforts de réservistes… étudiants infirmiers payés 2balles de l’heure…

    mais comme i dit un jour i appel demain…

    Les directions sont complices de ces statuts… te mettent des grosses carottesde gestion du temps et BLABLA blablaa…

    À bon entendeur…

    Réponse
  3. Valayer

    Les manifestations ne semble pas pouvoir agir sur nos dirigeants.
    Ne serait il pas judicieux de faire des actions dans plusieurs villes, bourgs de France, à savoir bloquer des chantiers non urgents et consommateurs de finances. Pour exemple, la création de la Tour Occitane de Toulouse. Je me souviens du sauvetage de l’hopital de St Affrique (Aveyron) qui avait bloqué la construction du viaduc de Millau.

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Covid-19: les soignants attendent encore les renforts, voici pourquoi - World Top Buzz - […] les témoignages de soignants désabusés se multiplient notamment sur les pages Facebook du collectif inter’urgence. Et cette vague ne…
  2. Covid-19: les soignants attendent encore les renforts, voici pourquoi - Le HuffPost - Haiti24 - […] les témoignages de soignants désabusés se multiplient notamment sur les pages Facebook du collectif inter’urgence. Et cette vague ne…
  3. Covid-19: les soignants attendent encore les renforts, voici pourquoi | Le HuffPost - […] de soignants désabusés se multiplient notamment sur les pages Facebook du collectif inter’urgence. Et cette vague ne semble pas…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :