« On ne peut désormais plus bluffer la population sur les réelles difficultés de l’hôpital »

Et pour cause, la crise sanitaire a agi comme un puissant amplificateur des dysfonctionnements et du manque de moyens des hôpitaux.

Et, loin de nous avoir anesthésié, elle n’a fait que renforcer nos convictions concernant la justesse de nos revendications.

À savoir :

  • plus d’ouvertures de lits,
  • une revalorisation des salaires,
  • plus de moyens pour l’hôpital public.