Aujourd’hui
Je prends mon service a 7h.
Deux patients attendent une ambulance depuis 5h du matin. Il est 12h53 et ils attendent toujours l’ambulance pour les ramener chez eux.

Il y a quelques semaines j’ai fait grève, pour de meilleurs conditions de travail, pour une meilleure prise en charge du patient.

Et suite à ça ils nous avaient dit qu’ils rajouteraient une seconde garde sanitaire pour les retours à domicile. Et aujourd’hui personne n’est capable de me dire si cette deuxième garde est présente réellement ou seulement sur le papier.

Que dois-je dire à mes patients à bout, qui sont depuis 20h sur des brancards, uniquement car ils n’y a pas les moyens de les ramener chez eux ? La vérité. Je leur dis la vérité.
Et je m’excuse malgré tout. Parce que malgré tout mes efforts ça ne remontera pas plus haut, “on va quand même pas appeler l’administrateur de garde sur une hypothétique problématique ?!”… Hypothétique ?… 😑

Hier.
Hier j’ai du renvoyer chez eux trois personnes âgées, venus à l’hôpital car impossible de rester -seul ou non- à domicile. Et on les renvoie chez eux illico presto, pas pour s’en débarrasser, pas parce qu’on ne peut rien faire pour eux. Mais parce qu’il n’y a pas un seul lit de disponible sur l’hôpital. Deux de ces personnes étaient sorties le matin, ou la veille, de ce même hôpital, pour les mêmes raisons.
Y’a pas de lits dans l’hôpital, dans les cliniques alentours. Nulle part !

Quand on demande des lits…c’est une réalité. C’est pas pour faire joli.

Des personnes en ont besoin. J’ai détesté faire cela. Et j’ai honte de ne pas avoir osé appeler le fils qui, le matin au téléphone m’a dit “c’est inadmissible qu’il ai renvoyé ma mère” et à qui j’ai répondu avec sincérité “vous avez raison, ça n’aurai pas du être le cas”. Comment puis-je l’appeler 4h après pour lui dire que je lui renvoie sa maman, dont il n’est pas en capacité de s’occuper car elle nécessite des soins spécifiques qui devrait lui être fourni en hospitalisation ? Je ne peux pas. Donc je ne l’ai pas fait. Je n’ai pas osé.

Et ce qui m’a fendu le coeur. Cette dame de 90 ans. Qui n’a pas osé réclamé qu’on la change depuis des heures. Avec ma collègue nous y allons donc. Et lors du change, nous nous rendons compte que cette dame à 3 sous vêtements pour tenir sa “protection” qui se constitue de plusieurs culottes et de bas. Elle a les larmes aux yeux, elle est génée, elle me dit “je suis désolée je suis genée, ils ne rembourse plus les protections je n’ai pas le choix” puis elle me dit qu’elle était aide soignante avant.. je fais mon possible pour la rassurer. Mais je suis tellement mal… elle n’a pas les moyens de garder sa dignité. Comment est-ce possible ?

Et cette patiente, arrivée somnolente (heureusement), assommée par de multiples prises de toxiques. Sortie le matin même de l’hôpital, après avoir agressé les soignants, forcé l’équipe de sécurité à courir après son dealer dans l’hôpital. Et qui, après mon départ, une fois réveillée, agresse une fois de plus les soignants. Son jeu favori ? Asperger les soignants de son sang en disant “comme ça vous mourrez du sida”. Et oui elle est porteuse de plusieurs maladies graves transmissibles.
Et oui elle reviendra, et oui elle agressera de nouveau.. jusqu’à qu’il se passe quoi ?!!

Et ces patients déments, dans notre service non adapté, qui déambulent, chutent, rentrent dans les autres chambres, agressent les autres patients !

Et cette jolie photo, c’est ce qui a tenu lieu de fauteuil roulant pour une patiente de 91 ans pouvant a peine tenir sur ses jambes, pour l’accompagner jusqu’au taxi. Que dire de plus ? !

Vous trouvez ça normal ?
Cela pourrait être vos parents, vos frères, soeurs, enfants, amis, conjoint. Vous !

On n’a pas les moyens pour faire notre travail.

On n’a pas les moyens de prendre en charge les patients, de les soigner, les protéger.

On n’a pas les moyens de se protéger.

Il serai peut être tant que ça change ….!

une soignante