Des mesures et des propositions qui agacent.


Le rythme de contamination à la Covid19 et le taux d’occupation des lits de réanimation s’accélèrent, il faut trouver des solutions.
Alors que les recommandations nationales visent à isoler les personnes atteintes de la Covid19, il semble que les soignants soient exemptés de cette pratique.

Devant le manque criant de professionnels soignants qualifiés, les soignants positifs à la Covid 19 se voient encourager à continuer de travailler. Après nous avoir incités à reporter ou annuler nos congés, voilà que nos supérieurs, une fois de plus, nous mettent la pression pour venir soigner quoiqu’il en coûte.

En France, nos têtes pensantes et/ou spécialistes en ont des idées, et pas des moindres.
Dans un premier temps la DGOS propose la formation de non soignants à la fonction d’aide-soignant en 15 jours. Cette proposition est malvenue et dénigrante pour la profession. Avec toute la bonne volonté du monde, il est impossible d’acquérir les savoirs en si peu de temps alors que la formation se réalise en 10 mois.

Dans un second temps, le Dr Juvin soumet à son tour le glissement de tâches ou « Upgrader » selon ses termes. Il propose une courte formation en réanimation pour permettre aux aides-soignants d’exercer des fonctions d’infirmières, aux infirmières d’officier en tant qu’internes… Quelle sécurité pour le patient ? Quelle responsabilité pour les professionnels ?
Mais enfin, qu’en est-il de la reconnaissance et de la valorisation des compétences promises le 25 mars à Mulhouse par le Président de la République ?

Avec ces différentes propositions ou mesures, autant dire que le système de santé français va surement droit dans le mur. Quoi qu’il en coûte… Pour nos dirigeants, il est plus important de tenter une gestion approximative de la crise quitte à prendre tous les risques, même les plus fous.

Un slogan avait marqué toute une génération dans les années 70 : « En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées ».

En 2020, nous avons toujours des idées mais faut-il encore qu’elles soient bonnes...