Ne répétons pas les erreurs du passé. Ne laissons pas les applaudissements masquer les véritables besoins de notre système de santé.

Voilà pourquoi, à 20 heures, nous réclamons :

– La réouverture des 69 000 lits.
– La création de 100 000 postes dans les hôpitaux et une formation massive des soignant·e·s.
– Une hausse de salaire de 300 euros nets par mois pour tou·te·s les soignant·e·s.
– La reconnaissance et l’augmentation des professionnel·le·s du secteur paramédical, médico-social, du social et du handicap au même titre que tous les autres acteurs du soin.
– L’amélioration des conditions de travail, via notamment l’instauration d’une enquête annuelle dans chaque établissement médical sur le bien-être au travail.
– Un accompagnement des médecins libéraux, eux aussi en première ligne, avec notamment des aides à la téléconsultation.
– La révision du mode de financement à l’hôpital, la fin du «tout T2A» transformant l’hôpital en entreprise concurrentielle, et une augmentation de l’ONDAM.

Nous réclamons que ces mesures, parmi d’autres, fassent l’objet d’une véritable remise à plat de notre système de santé, dans le cadre d’un grand débat national, avec l’ensemble des professionnels de santé, élus, territoires, et collectifs de soignant·e·s.