Difficile en ces temps-ci de la percevoir comme une journée de célébration, et de ne pas avoir plutôt une pensée pour tous nos collègues sacrifié(e)s dans la crise sanitaire que nous traversons…

Espérons que nous saurons collectivement nous appuyer sur les enseignements de cette crise pour faire de 2020 l’année d’une meilleure reconnaissance, notamment dans les textes, de la véritable contribution des infirmières mais aussi aides-soignantes, brancardières, ASH… Tout ce que masque le “dévouement” : les compétences et la pénibilité.

Aujourd’hui, loin des effets d’annonces du gouvernement, toujours rien sur la revalorisation des salaires, les primes, les heures supplémentaires…

Payés à coups d’applaudissements pour se contaminer en sac poubelle… Et si on ne se laissait pas faire?

Au bénéfice d’un système de santé plus humain.

Au bénéfice des patients.